Les grandes dates du thé Japonais

Époque Nara ( 710-794)

L’empire chinois des Tang offre à l’empereur du Japon du thé en cadeau en 727.

Époque Heain ( 794-1185 )

Le moine zen Eichû, ramène au Japon des graines et briques de thé à son retour de Chine. Suite à une dégustation par l’empereur (815), la culture du thé démarre dans l’archipel mais, la boisson étant réservé à la noblesse, le thé disparait rapidement de la circulation par manque d’intérêt général.

Époque Kamakura ( 1185-1333 )

Le célèbre moine Japonais Eisai découvre à son tour le thé pendant sa visite des monastères bouddhistes chinois. Il est dorénavant broyé en poudre et battu de manière à pouvoir ingérer toute la feuille et ainsi en soutirer le maximum de vertus. Cette boisson accompagne la vie des moines dans leur méditation et leur cheminement vers l’éveil. Eisai, de retour au Japon, lance les premières plantations de théiers dans la région du mont Fuji. Le thé se répand alors dans la société Japonaise.

Époque Muromachi ( 1336-1573 )

Le shôgun Ashikaga Yoshimas lance en 1482 la fondation de son palais sur les collines de l’Est de Kyôto. Il inclut dans le projet le Dônin-Sai ( Cabinet de la même Vertu), l’une des premières pièces spécifiquement dédiée à l’art du thé.

Murata Jukô (1422-1502) pose les bases du Chanoyu, la cérémonie Japonaise du thé. Takeno Jôô (1502-1555) et Sen No Rikyu (1522-1591) vont finir de codifier le rituel du thé.

Sen No Rikyu, au travers du Chanoyu, synthétise diverses formes d’expression artistique : l’architecture, la céramique, l’art floral, la gestuelle et la calligraphie dans un seul et unique but la quête esthétique de la paix et de l’harmonie.

Le Chinois Ingen (1592-1673) introduit le thé infusé au Japon.

Époque Edo ( 1603-1868 )

Les héritiers de Rikyu s’organisent en différentes écoles qui perpétuent le chanoyu jusqu’à nos jours.

En 1738 la technique de fabrication du thé vert sencha est créée.

En 1835 le thé Gyokuru est élaboré.

Époque Meiji ( 1868-1912 )

En 1906 Okakura Kakuzō publie Le livre du Thé, un essai écrit en anglais associant le rôle du thé à l’esthétique et la culture japonaise.

Source: Le guide des thés du Japon, Valérie Douniaux. / Les arts de la cérémonie du thé, Christine Shimizu

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *